Stages et missions d'été

 

L'apiculture dans le monde
Les élèves de l’Institut des Régions Chaudes voyagent aux quatre coins du monde et ont l’occasion de goûter le miel des 5 continents.
L’une d’entre eux est partie rendre visite aux abeilles africaines, et plus précisément aux abeilles béninoises. Elles s’appellent Apis mellifèra adansonii. Elles sont aussi belles qu’Apis mellifèra mellifèra, mais avec peut être un caractère … un peu plus prononcé ! Si elles se fâchent un peu trop, il est recommandé de s’allonger par terre afin qu’elles perdent le soudain intérêt piquant qu’elles ont pour vous. Ou bien de courir vite !
Leur repas journalier ne se compose pas de nectar de châtaignier, de robinier faux acacia, ou de ronces mais du nectar d’eucalyptus, d’acacia (le vrai), d’ananas, de mangue… Heureusement que ces arbres sont cultivés, sinon elles auraient faim! Suite à la coupe d’arbres, le sud du Bénin possède de moins en moins d’espèces mellifères.
Leurs maisons ont une forme différente… moins carrée, plus triangulaire ! Et tout en long, en une seule pièce, pas d’étages ni de compartiments différents. Cela s’appelle la ruche kenyane… Et ce ne sont pas des flemmardes ! Avec le peu de moyens qu’elles ont, c’est à elles de construire et de tout reconstruire, encore et encore !  En effet, lors de la récolte, toutes les cires contenant du miel sont pressées à la main afin d’extraire le doux miel, très foncé… Les abeilles doivent donc réaménager leur maison de cire après chaque récolte. En plus d’être des travailleuses hors pairs, elles deviennent des fumeuses passives ! L’apiculteur, à moitié protégé lors de la récolte, a de ce fait la main lourde sur l’enfumoir et la fumée pénètre le miel. Son petit goût fumé nous le rappelle, mais l’ensemble est très bon sur le palais.
D’ailleurs, la considération des béninois pour le miel le prouve… c’est un produit cher pouvant aller jusqu’à 6 000 FCFA/kg, soit le 6ème d’un loyer mensuel avec 2 chambre, cuisines, salon, salle de bain… Il est gardé très précieusement dans un coin de la maison, les bébés y ont droit tous les jours… les enfants un peu plus âgés moins souvent… mais tout de même un peu car là-bas, « qui mange du miel aura son intelligence développée ! » Parfois, les parents aimeraient bien retourner en enfance pour avoir droit eux aussi à leur cuillère quotidienne. Les Béninois, autant que les Français raffolent du miel… Magique les abeilles !

Jaï Sinelle
 

rucher de ruches kenyane, stage eleves ecole sup agro IRC de montpellier
rucher de ruches kenyane, stage eleves ecole sup agro IRC de montpellier
rucher de ruches kenyane, stage eleves ecole sup agro IRC de montpellier
rucher de ruches kenyane, stage eleves ecole sup agro IRC de montpellier
rucher de ruches kenyane, stage eleves ecole sup agro IRC de montpellier

 

 

 

 

 

 

 

Site par ID-Alizés